Tout ce que vous devez savoir sur l’hivernage des fourmis

fourmis hivernage

Les fourmis sont des insectes si présents dans notre vie quotidienne qu’elles en sont devenues banalisées. On les rencontre dans notre cuisine, dans le garage, partout où l’on a laissé traîner une miette de nourriture, et même dehors sur la route ou le trottoir. Habitués à les voir, on ne remarque pas forcément leur absence, et pourtant, il est rare de trouver des fourmis pendant la période hivernale, tout simplement car beaucoup d’entre elles hibernent. Pour l’élevage, être au courant de cette information avant même l’achat de fourmis est primordial, parlons-en plus en détail.

Seules certaines espèces de fourmis hivernent

D’abord, il faut savoir que toutes les fourmis n’ont pas besoin d’hiverner. Chez certaines, l’hivernation serait même néfaste, il s’agit en particulier des espèces homodynamiques, c’est à dire qui ont une phase de vie continue, sans changement particulier ni interruption. En France, la seule espèce qui corresponde à cette classification est la Monomorium Pharaonis.

Pour d’autres, les espèces dites exogènes hétéodynamiques, l’hivernage est facultatif, mais peut s’avérer utile s’il est pratiqué, permettant entre autres de stimuler la ponte, ou encore de rallonger la durée de vie moyenne de la colonie.

Enfin, une dernière catégorie de fourmis ont la nécessité absolue d’hiverner, sans quoi des conséquences néfastes pourraient avoir lieu, allant parfois jusqu’à la mort pure et simple de la colonie. Des espèces à l’image de la Lasius Niger, ou encore la Messor Barbarus, ont absolument besoin de l’hivernation. En général, ce sont les fourmis dites endémiques, et celles qui proviennent de pays au climat froid, qui ont grandement besoin d’effectuer une diapause ( terme désignant l’hivernation).

Pensez à vérifier sur nos fiches produit si votre espèce doit hiverner ou non.

Reproduire l’hivernation dans l’élevage de fourmis

Lorsque vous disposez dans votre fourmilière artificielle de fourmis appartenant aux espèces hétérodynamiques, c’est à dire qui ont besoin d’hiverner, il est indispensable de reproduire cette étape afin de conserver la santé de votre colonie.

Pour réaliser cela, il va falloir suivre un certain nombre d’étapes, à commencer par installer un climat froid dans votre fourmilière. La température exacte dépendra de l’espèce que vous élevez; pour les Messor barbarus par exemple, 15 degrés sont suffisants, mais pour d’autres il sera nécessaire de descendre jusqu’à 5 degrés.

Lors de la diapause, les fourmis s’arrêtent quasiment de se nourrir, c’est pourquoi il faudra les gaver dans les jours qui précèdent cette période. Il est conseillé de gaver sa colonie en graines et en liquides sucrés, au moins quinze jours avant l’entame de la diapause.

Bien entendu, il n’est pas question de démarrer la diapause avec un choc thermique; une semaine avant le début de cette dernière, commencez à progressivement diminuer les températures. Vous laissez vos fourmis pendant 2 à 3 mois (selon l’espèce) dans leurs nouvelles conditions, en veillant à garder la même température ainsi qu’un niveau d’hygrométrie élevé. Pour les sortir de la diapause, il suffit tout simplement d’augmenter progressivement la température jusqu’à les remettre dans les mêmes conditions qu’auparavant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
You need to agree with the terms to proceed

Articles récents

Suivez-nous

Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Recevez nos nouvelles offres et nouveaux articles de blog.

Menu