Ces espèces où plusieurs reines cohabitent

Les fourmis sont des insectes eusociaux qui vivent dans une fourmilière qu’elles ont conçue et aménagée. Toute fourmi joue un rôle spécifique et doit s’y tenir tout au long de son existence. Les fourmis d’une seule et même fourmilière sont « gouvernées » par une reine, mais il arrive, dans certains cas, que l’habitat ait plusieurs reines qui cohabitent ensemble.

Dans cet article, nous allons découvrir les espèces de fourmis polygynes, et comment celles-ci cohabitent entre elles.

Les fourmis : un symbole d’eusocialité

Les fourmis sont célèbres pour leur mode d’organisation sociale, aussi appelé l’eusocialité. Ce dernier repose sur la distinction entre les fourmis fertiles et infertiles, qui constituent un unique groupe, et dont l’ensemble des unités cohabitent en communauté. Cela est ce qui représente le mieux les fourmis, mais également les termites, les abeilles et quelques espèces de crevettes et de rat-taupe nu.

Comme dit précédemment, chaque fourmi possède son propre rôle et ne peut s’y déroger. La répartition des tâches est très spécialisée, ce qui correspond au principe d’un superorganisme comme la fourmilière. De cette manière, les fourmis non fertiles s’occupent des larves, de la défense de la colonie, ainsi que de la protection des fourmis fertiles qui, elles, se chargent seulement de la reproduction. Il n’y a donc pas de fourmi qui agit indépendamment des autres.

Combien y a-t-il de reines par fourmilière ?

En fonction des situations, une fourmilière peut n’avoir qu’une unique reine ou plusieurs. Si c’est le cas, on va attribuer à la fourmilière un terme particulier, à savoir :

  • fourmilière monogyne correspond à un nid n’ayant qu’une seule reine reproductrice ;
  • fourmilière oligogyne lorsque de nombreuses reines, mais chacune ne gouverne qu’un seul secteur dans une même colonie. Des batailles peuvent arriver quand les reines se croisent.
  • Fourmilière polygone lorsqu’au sein d’un même nid, plusieurs reines reproductrices parviennent à cohabiter en parfaite harmonie.

Les espèces de fourmis polygynes

Parmi les espèces de fourmis polygynes les plus connues, nous citerons la ridomyrex humilis, une espèce originaire du brésil. Une autre espèce, également connue pour être polygynes est l’ Iridomyrmex purpureus, qui elle est originaire d’Australie. En Europe du sud, nous retrouvons la Messor barbarus polygyne, une espèce connue pour former des colonies de plusieurs dizaines de milliers de fourmis, car plus les reines sont nombreuses, plus les colonies deviennent populeuses.

En effet, une colonie de fourmis polygyne permet d’augmenter de manière très significative la quantité d’œufs pondus, et permet d’éviter la disparition de la colonie toute entièrement lorsque l’une des reines est morte. Voici quelques autres espèces de fourmis polygynes :

  • Formica rufibarbis,
  • Formica rufa,
  • Messor Barbarus
  • Tapinoma nigerimum
  • Formica pratensis.

De manière générale, les reines d’une même colonie peuvent s’affronter, mais elles se rendent rapidement compte qu’elles ne peuvent pas tuer leur adversaire et abandonnent le combat, sans compter qu’il arrive parfois qu’elles parviennent à cohabiter, jusqu’à partager de la nourriture entre elles.

Selon certains apiculteurs, la cohabitation de nombreuses reines change de manière fondamentale l’équilibre des rôles biologiques et sociaux de la colonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
You need to agree with the terms to proceed

Articles récents

Suivez-nous

Newsletter

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Recevez nos nouvelles offres et nouveaux articles de blog.

Menu